Commander ses vêtements à l’étranger sans payer de frais de douane

Commander ses vêtements à l’étranger sans payer de frais de douane

Commander ses vêtements à l’étranger sans payer de frais de douane

De nombreux sites étrangers proposent de superbes vêtements à tout petits prix ! Mais après avoir ajouté au montant les frais de port et les frais de douanes, la commande n’est, pour finir, plus si bon marché que ça… Combien de fois avons-nous grincé des dents après avoir dû payer 30 francs de frais de douane que nous n’avions pas prévus lors de l’achat ? Eh bien tout ça, c’est terminé. Découvrez l’astuce pour ne plus payer de frais de douane peu importe le site web sur lequel vous commandez !

Pourquoi devons-nous payer des frais de douane ?

Lorsque vous commandez des articles sur un site internet étranger dont la marchandise n’est pas fabriquée en Suisse, votre commande est soumise à des droits de douane et à la TVA. Certains « gros » marchand facture la TVA directement durant le processus de commande. Mais, la plupart du temps, avec les plus petits marchands, cette taxe n’est pas prise en compte par le prestataire et tadaaaam… c’est le drame quand vous ouvrez la porte au facteur et qu’il vous demande des frais supplémentaires égalant presque le montant de la commande.

Combien coutent les frais de douane et la TVA ?

Si les frais de douane et la TVA dépassent 5 francs, vous devrez les payer lors de la réception de votre colis. Vous devrez alors payer 7,7% du montant de la commande pour les vêtements, bijoux, produits de beauté, alcool, etc. et 2,5% pour les produits de base tels que les denrées alimentaires, les livres ou encore les journaux. À ceci s’ajoute des frais administratifs de 11.50 francs pour les colis en provenance de la France, l’Allemagne, l’Italie ou l’Autriche et de 16 francs pour tous les autres pays. Bref, autant vous dire que la facture devient vite salée !

Comment faire pour ne jamais payer de frais de douane ?

La réponse est plutôt simple : se débrouiller pour ne jamais dépasser les 5 francs de frais de douane et de TVA ! Bon, vous allez me dire que c’est bien beau tout ça, mais en chiffre ça dit quoi ? Et bien, pour tous les articles ayant une TVA à 7,7%, le montant de votre commande ne doit pas dépasser 65 francs, frais de port compris. Pour les produits dont la TVA est de 2,5%, votre envoi ne doit pas excéder le seuil de 200 francs. Gardez donc un œil sur le montant de vos commandes, quitte à parfois les séparer en différents envois et payer plusieurs frais de port.

La petite astuce bonus !

Si c’est un cadeau, vous ne payez aucune TVA et aucun frais de douane pour toutes commandes dont le montant ne dépasse pas 100 francs (hors alcool et tabac). Alors si l’expéditeur propose d’ajouter une mention « gift », sautez sur l’occasion ! Mais chut, je ne vous ai rien dit…

Trois marques à petits prix où il faut faire attention aux frais de douane

À lire aussi…

Découvrir l’Écosse en cinq lieux phares

Des plaines vertes à perte de vue, des moutons, des montagnes, la mer, beaucoup de fish and chips, de nombreux lacs et quelques monstres marins… Oui oui, vous l’aurez deviné, bienvenue en Écosse ! Si vous n’avez encore jamais visité ce beau pays, je vous embarque avec moi pour en faire le tour à travers cinq lieux incontournables.

Routine beauté naturelle avec la marque suisse Sélène cosmétique

Qu’on se le dise… Les petits flocons de neige qui recouvrent les toits des maisons, les sapins et les champs d’un blanc immaculé dès les premiers jours d’hiver sont remplis de charme. Mais alors quel froid ! Alors pour éviter que la peau commence à s’assécher et tirailler, il est primordial d’avoir une route beauté adaptée à sa peau et suffisamment hydratante. Pour ce faire, on use et abuse de principes actifs tels que l’aloé vera et on opte surtout pour des produits naturels et bios qui respectent notre peau ! Ma dernière trouvaille : la marque Sélène cosmétique qui propose une belle gamme de laits hydratants, de crèmes ou encore d’eau florale, avec des ingrédients de qualité qui respectent l’environnement !

Nos plans pour l’Écosse VS ce qu’il s’est réellement passé

Nos plans pour l’Écosse VS ce qu’il s’est réellement passé

Nos plans pour l’Écosse VS ce qu’il s’est réellement passé

Avant de voyager, c’est toujours une bonne idée de s’organiser, de prévoir des lieux à visiter et des activités ! Cette organisation anticipée permet d’avoir un fil conducteur, de ne pas louper des lieux immanquables et surtout d’être équipé comme il se doit. Cependant, rien ne certifie que tous vos plans se passeront comme prévu… L’inattendu est aussi ce qui fait le charme et les anecdotes d’un voyage !

Cette année, Damien et moi avons décidé de faire un voyage en van. Cherchant un pays où l’on ne subira pas la canicule et suffisamment petit pour pouvoir en faire le tour en environ une semaine, nous avons opté pour l’Écosse : de grandes plaines vertes, la mer, une longueur maximale de 464km et une largeur variant entre 57 et 250km.

Le moyen de transport

 

Le van est un moyen de transport idéal pour voyager en Écosse. Vous pouvez dormir au milieu de paysages somptueux en pleine nature et vous pouvez vous rendre où vous voulez et quand vous voulez.

Avant de partir, nous savions pertinemment que le van que nous avions choisi, un vieux VW de 1976 nommé Penelope, allait consommer davantage d’essence qu’un van moderne ou qu’une voiture. Après avoir fait quelques recherches sur le cout de l’essence en Écosse, nous avions donc fixé un budget maximum à 300£. Durant notre voyage, nous nous sommes vite rendu compte que le prix variait énormément et qu’il était avantageux d’acheter l’essence dans les villes. Au final, notre prévision était bien trop large puisque l’essence nous est revenue à environ 175£.

Le trajet

 

Notre van, datant d’une quarantaine d’année, était limité à 100 miles par jour ce qui équivaut à 160 kilomètres. Nous avions donc prévu un tour d’environ 700 miles pour une semaine. Etonnamment, nous avons plutôt bien respecté le trajet prévu et pu voir la quasi-totalité de ce que nous voulions. Nous avons seulement contourné quelques grandes villes, qui n’étaient pas des plus pratiques avec le van.

Concernant le temps de trajet, nous pensions faire les 160km en environ 2h30 par jour, ce qui ne fut pas le cas ! Le van avait une vitesse maximale de 50 miles par heure (environ 80km/h) et nous avons évité au maximum les autoroutes afin de profiter des belles vues même en roulant. À la fin de notre voyage, nous avons regardé notre vitesse moyenne et elle était de 24 miles par heure (environ 38km/h)… Autant vous dire que nous roulions plutôt 4 heures par jour !

La météo

 

Sachant pertinemment que la météo était changeante et particulièrement humide en Écosse, nous nous sommes équipés en conséquences : chaussures de marche imperméabilisées, parkas pour la pluie, gros pulls et quelques rechanges. Peut-être pas les bons rechanges cependant… Ayant vécu deux jours entiers de pluie sur l’Ile de Skye, nos jeans et nos sweatshirts étaient totalement trempes et impossibles à faire sécher à l’intérieur à cause de l’humidité du van ! Il nous a fallu attendre d’être sur la côte Est et son climat un peu plus sec pour les étendre et pouvoir les porter à nouveau.

Suite à cette expérience, je bannirai la prochaine fois les tops et shorts que je n’ai pu enfiler qu’un seul jour et je prendrai plusieurs petits pulls ainsi que des leggings qui sèchent bien plus rapidement que des jeans. L’imperméable et les bonnes chaussures sont, quant à eux, le meilleur achat que j’ai fait avant de partit là-bas !

Les activités

 

Une fois de plus, la météo nous a joué quelques tours… Ayant prévu de nombreuses activités en extérieur tels que des marches, nous étions extrêmement dépendant de la pluie. Nous avons donc malheureusement du nous passer du magnifique panorama du Quiraing sur l’Ile de Skye car il n’arrêtait pas de pleuvoir et qu’il n’y avait nulle part où se parquer le long de ces petites routes escarpées.

Quant au Old Man of Storr, situé quelques kilomètres plus loin, nous avons décidé de braver la tempête et de tout de même aller le voir. Ce ne fut peut-être pas notre meilleur décision… Après 45 minutes de marche en montée, des pantalons détrempés et des parkas plus si imperméables que ça et de bonnes rigolades, nous sommes arrivés en haut et il n’y avait absolument rien à voir ! Un épais brouillard nous permettait de voir à peine à quelques mètres et nous avons uniquement pu distinguer une légère ombre au loin !

Par ailleurs, malgré ces quelques échecs qui font de bons souvenirs, qui ont provoqué de nombreux rires et qui font parties de tous voyages, nous avons également visité des endroits qui n’étaient pas au programme et particulièrement intéressants : la distillerie de Glen Moray, le Loch Ness Centre & Exhibition et le Port de Stonehaven.

Les prédateurs

 

L’Écosse possède de nombreux animaux à observer en pleine nature : des moutons, des vaches, des oiseaux et parfois des phoques ou autres animaux marins. Mais nous savions également qu’un abominable prédateur y était présent : le midges, des tout petits moucherons qui se nourrissent de sang. En ayant entendu parler avant, nous avons anticipé le problème en prenant une lotion réputée pour faire fuir ces petites bêtes. Ce ne fut pas une grande réussite… Si un jour vous vous rendez en Écosse et que vous avez à faire à ces petits monstres, je n’ai pas d’autres conseils à vous donner que : courrez jusqu’à vous en débarrassez !

La nourriture

 

Concernant la nourriture, notre budget bouffe était fixé à 35£ par jour par personne (environ CHF 44.-). Alors oui, ça fait un bon budget sur une semaine… Mais nous, on adore manger ! Je pense que globalement, nous avons dépensé un peu moins que ça. Dans les bars, vous pouvez manger des Burger ou des Fish and Chips pour 10£ et si vous opter pour des fruits de mer au restaurant, vous vous en sortez pour environ 20£. Le prix de la bière fut une agréable surprise ! En Écosse, une pinte coute la plupart du temps 4£ (environ CHF 5.-), ça change des 9 CHF en Suisse…

Concernant la principale spécialité d’Écosse, le haggis, nous sommes partis avec une légère appréhension, mais la ferme intention de le tester. En effet, de la panse de brebis farcie avec des abats de mouton, de l’oignions, de l’avoine et des épices, ce n’est pas des plus ragoutants ! Et pourtant… après l’avoir testé dès le premier jour, nous avons apprécié le gout ainsi que la texture et en avons mangé à plusieurs reprises durant le voyage, même parfois au petit-déjeuner !

À lire aussi…

Un week-end à Loèche-les-Bains quand tout (ou presque) est fermé

Ah Loèche-les-Bains… Loèche qui d’ordinaire est synonyme de bains, de bien-être, de bons restaurants et de terrasses au soleil semble cette année bien différent ! Même si un léger assouplissement des mesures sanitaires a eu lieu le 1er mars, avec notamment la réouverture des bassins extérieurs pour le Leukerbad Therme, les activités sont drastiquement limitées et les restaurants commencent vraiment à manquer ! La montagne c’est également la petite bière sur les pistes et les rösti à midi… Mais bon, s’apitoyer sur notre sort ne changera pas les choses, alors que faire pour profiter de ses vacances à Loèche-les-Bains quand tout, ou presque, est fermé ?

Routine beauté naturelle avec la marque suisse Sélène cosmétique

Qu’on se le dise… Les petits flocons de neige qui recouvrent les toits des maisons, les sapins et les champs d’un blanc immaculé dès les premiers jours d’hiver sont remplis de charme. Mais alors quel froid ! Alors pour éviter que la peau commence à s’assécher et tirailler, il est primordial d’avoir une route beauté adaptée à sa peau et suffisamment hydratante. Pour ce faire, on use et abuse de principes actifs tels que l’aloé vera et on opte surtout pour des produits naturels et bios qui respectent notre peau ! Ma dernière trouvaille : la marque Sélène cosmétique qui propose une belle gamme de laits hydratants, de crèmes ou encore d’eau florale, avec des ingrédients de qualité qui respectent l’environnement !